Taittiriya Upanishad pour le troisième millénaire

Menhir contemporain au coucher du soleil

Menhir contemporain au coucher du soleil

Pour accéder au texte, cliquez sur l’image (deux fois) ou sur le lien ci-dessous

Nous sommes :  Conscience, Joie, Intelligence, Mental, Energie, Matière

La Taittiriya Upanishad est un mode d’emploi édité il y a 3000 ans,

Pouvons-nous en faire bon usage ?

Méditation, Jean Klein

Jean Klein

Jean Klein : « L’état de méditation, est notre vraie nature, ce n’est pas à proprement parler un état.

C’est l’humus même, le substrat de tous les états.

Là, il n’y a pas d’anticipation, pas de projection, pas de tension vers un but ou un résultat.

C’est une présence silencieuse, sans intérieur, ni extérieur, nous ne pouvons nous la situer ni physiquement, ni psychologiquement.

Au-delà du temps et de l’espace il y a l’Être.

La méditation, c’est l’absence de quelqu’un qui médite et d’un objet à méditer.

Dans la méditation, toute relation entre un sujet et un objet disparait.

Cette authentique méditation est conscience atemporelle, elle peut affranchir des contraintes des réactions automatiques de la pensée et de la mémoire.

Cette conscience libère et règle, sans aucun désir de le faire, les énergies engagées dans ces réactions.

L’axe du monde, méditation

Bleu

Des menhirs, des dolmens, des cairns, des formes qui évoquent la puissance, le fini et l’infini. Nos parents ont dressé des monuments qui nous parlent. C’était peut-être il y a 6000 ans, si l’on divise par une vie de 40 ans, (une génération qui voit ses petits enfants) on obtient 150 générations ! Les parents de nos parents de nos parents… 150 fois, ces parents nous tiennent la main. La méditation existe avant le temps. Le Yoga est un vestige de la préhistoire, un savoir transmis de main en main par l’expérience de l’espace, du souffle et du geste.

Lire »

Yoga Essentiel

Shiva..

Le yoga est une attention essentielle, un mouvement et un souffle.

Un savoir transmis de maitre à disciple depuis les origines de la civilisation et culture toujours renouvelée de ce qui est essentiel.

Le yoga observe l’instant qui relie l’univers et le vivant.

 

Bruno Journe est médecin, il s’est occupé d’infections, maintenant des addictions et toujours des relations entre le corps et la connaissance. Il a rencontré le yoga, il y a longtemps, par curiosité, puis Eric Baret, puis Margaret Van Hove et enfin Jean Klein. Le yoga s’est mélangé aux études de médecine puis à la pratique de la médecine. La pratique du yoga est la transmission d’un savoir toujours renouvelé, une méditation en action sans limite.

Médecine yoga

Médecine et yoga sont divergents, la médecine s’intéresse à la matière, le yoga à l’énergie. Le yoga est toujours attentif à la complexité, il observe l’observateur. La médecine s’occupe d’objectivité, le yoga de subjectivité. La médecine cherche vers l’extérieur, le yoga vers l’intérieur pour réaliser que la vie est continuité. La médecine rencontre l’inconscient, le yoga rencontre la conscience. Le yoga décrit une anatomie et une physiologie fonctionnelles et subtiles qui s’apprennent en expérimentant. Le yoga apporte amplitude et précision à la médecine.

Méditation

La méditation est un geste naturel qui appartient à chacun. Il y a autant de façon de méditer qu’il y a de philosophies et de religions. La méditation est une pensée qui précède la pensée, un geste qui précède le geste. Le Yoga est une science qui enseigne ce qui précède la pensée et le geste.

Aitereya Upanisad — L’enseignement de la nature

OISEAU-HP

Aitereya Upanisad-sw

Ce texte est un témoin des réflexions qui occupaient l’Inde, cinq à sept siècles avant notre ère. Il fait parti des upanishads majeurs, des textes qui suivent les traditions et les enseignements oraux. Ces textes (les upanishads) fondent la pensée védique, (une composante de l’hindouisme), ils sont à la fois poésie et philosophie et orientent vers la non-dualité. Il ne s’agit pas d’une religion. La non dualité est d’abord une expérience, le yoga est un accessoire. Ce mouvement place l’humain dans l’univers, il est issu de la conscience, émane de la conscience qui préexiste. Ce qui est nommé ici Atman, ailleurs Brahma est pure conscience, puis pure énergie, puis matière. L’humain se compose à partir de la conscience, comme les yeux apparaissent à partir de la lumière, l’audition à partir des axes cardinaux, le souffle à partir du vent puis de la nourriture…

Conscience et pensée,

 

Au fil des époques les façons de penser la pensée changent. Nous connaissons la plus récente centrée sur l’inconscient. Il en existe d’autres, celle exposée ici est centrée sur la conscience, à un endroit où connaissance et conscience sont synonymes. Il s’agit de non-dualité, cette philosophie réunit l’observé et l’observateur, la conscience et la pensée. La non-dualité se trouve dans différentes cultures, celle de l’Inde a gardé la trace de ce qu’en pensaient et disaient les chercheurs il y a très longtemps. Ces chercheurs interrogeaient le sens du corps, de la vie, de la terre et du cosmos, du bonheur et la douleur. Le texte qui sert de guide ici est la Tattiriya Upanishad, il été écrit il y a 2600 ans.

Aujourd’hui, nous attribuons nos douleurs à des causes, les autres, les objets, des déficiences, des hormones, la politique ou la météo. On veut que ça change, on cherche des solutions ou des médicaments. Nos ancêtres nous répondent : le bonheur existe d’abord. Ils nous invitent à prendre conscience de la conscience, une conscience permanente. Ils décrivent une organisation d’un « corps subtil » fait d’enveloppes (Koshas). Lire »

LE YOGA LA MEDECINE ET LES ADDICTIONS

CLIQUEZ ICI POUR ACCEDER AU TEXTE COMPLET