L’axe du monde, méditation

Bleu

Des menhirs, des dolmens, des cairns, des formes qui évoquent la puissance, le fini et l’infini. Nos parents ont dressé des monuments qui nous parlent. C’était peut-être il y a 6000 ans, si l’on divise par une vie de 40 ans, (une génération qui voit ses petits enfants) on obtient 150 générations ! Les parents de nos parents de nos parents… 150 fois, ces parents nous tiennent la main. La méditation existe avant le temps. Le Yoga est un vestige de la préhistoire, un savoir transmis de main en main par l’expérience de l’espace, du souffle et du geste.

Lire »

Aitereya Upanisad — L’enseignement de la nature

OISEAU-HP

Aitereya Upanisad-sw

Ce texte est un témoin des réflexions qui occupaient l’Inde, cinq à sept siècles avant notre ère. Il fait parti des upanishads majeurs, des textes qui suivent les traditions et les enseignements oraux. Ces textes (les upanishads) fondent la pensée védique, (une composante de l’hindouisme), ils sont à la fois poésie et philosophie et orientent vers la non-dualité. Il ne s’agit pas d’une religion. La non dualité est d’abord une expérience, le yoga est un accessoire. Ce mouvement place l’humain dans l’univers, il est issu de la conscience, émane de la conscience qui préexiste. Ce qui est nommé ici Atman, ailleurs Brahma est pure conscience, puis pure énergie, puis matière. L’humain se compose à partir de la conscience, comme les yeux apparaissent à partir de la lumière, l’audition à partir des axes cardinaux, le souffle à partir du vent puis de la nourriture…

LE YOGA LA MEDECINE ET LES ADDICTIONS

CLIQUEZ ICI POUR ACCEDER AU TEXTE COMPLET

 

Du détachement,

Pierre de St Germain des Près qui a entendu Mte Heckart en 1300

Maître Eckhart, (1260-1328) fut l’initiateur des mystiques Rhénans. Ce texte est extrait de « Les Traités » Publié par les éditions du Seuil en 1971. Pour ceux que le mot Dieu dérangerait, remplacez le par Conscience ou Absolu.  Ce texte, extrait de son contexte chrétien, montre le chemin de la non-dualité, les sources de l’être, de la Conscience.

J’ai lu beaucoup d’écrits tant de maîtres païens que de prophètes, de l’Ancien et du Nouveau Testament, et j’ai cherché avec sérieux et tout mon zèle quelle est la plus haute et la meilleure vertu par quoi l’homme peut le mieux et le plus étroitement s’unir à Dieu et devenir par grâce ce que Dieu est par nature, et pour que l’homme soit le plus semblable à son image lorsqu’il était en Dieu, dans laquelle il n’y avait pas de différence entre lui et Dieu, avant que Dieu formât les créatures. Et lorsque je pénètre tous ces écrits autant que le peut ma raison et qu’elle est capable de le reconnaître, je ne trouve rien que ceci : le pur détachement est au-dessus de toutes choses, car toutes les vertus ont quelque peu en vue la créature, alors que le détachement est affranchi de toutes les créatures. Voilà pourquoi Notre- Seigneur dit à Marthe : Unum efî necessarium, c’est-à-dire : Marthe, celui qui veut être en paix et pur doit posséder une chose : le détachement.

Lire »

La faim, la soif, les énergies célestes, les lois de la physique

extrait de "Yoga, méthode de reintegration; Alain Danielou

Le Yoga participe aux énergies de l’univers. Les lois de la physique comprennent aujourd’hui que l’antimatière des trous noirs tient davantage de place que ce que l’on connaît de la matière. Nous sommes faits autant de vide que de plein, autant d’antimatière que de matière. Nous sommes faits des énergies cosmiques !

Les divinités Indiennes expriment ces réalités. La réalité absolue est pure conscience, vide de temps et de matière, le non-forme prend une forme : l’Atman. L’Atman dans l’hindouisme devient Brahma. Brahma, pour exister se divise en Brahma, Shiva et Vishnou, créateur, destructeur et préservateur.

Lire »

Jean Filliozat

Les Sciences dans l’Inde ancienne, accès au texte complet

Jean Filliozat a été médecin ophtalmologiste puis Professeur au Collège de France, directeur des Etudes Indiennes.

« Il n’y a pas de littérature scientifique ancienne plus vaste au monde que la littérature scientifique indienne, ou plus exactement que les littératures scientifiques indiennes… » (Jean Filliozat,  Conférence au Palais de la Découverte, 1955)

Dans : « La nature du yoga dans sa tradition », introduction au travail du Docteur Brosse (Etudes instrumentales des techniques du yoga) :

Lire »

Science et nescience

La Grande Parole (mahâvâkya upanisad) (cinq siècles avant)

II y a deux regards : Science et Nescience;

le premier libère, le second enchaîne; mais il faut savoir qu’ils sont étroitement associés.

De la Nescience l’origine est inerte ténèbre.

Il est ténèbre en effet ce monde physique, tout entier, du brahman aux objets inanimés;

né d’un œuf

incréé, sans limite ni fin,

il est mû par l’Amour

et par l’Acte,

comme dit l’Écriture, unanime.

L’Ame, pour sa part, n’est pas ténèbre: elle n’aveugle pas.

Au contraire, elle est Savoir, elle resplendit comme le Soleil brillant dans l’Œuf du monde

C’est ce disque de lumière qu’il faut appréhender, rien d’autre.